Cours photo – Les bases en photo

Apprenez les bases en photographie, un bon départ pour comprendre votre appareil photo

14 Fév Cours photo – Les bases en photo

Cours photo – Initiation

 

  1. Introduction à la photo

     

    Ce cours est destiné aux débutants qui n’ont aucune connaissance en photo comme aux confirmés qui veulent réviser la théorie. En photographie je considère que la technique est secondaire, dans le sens où elle est au service du rendu esthétique de l’image, et pas l’inverse. Même si comprendre parfaitement le fonctionnement de son appareil photo aide à prendre des photos, ce n’est pas suffisant ! Sans culture esthétique, sans comprendre ce qui fait la force esthétique d’une image, la technique seule ne permettra pas de faire de « bonnes images ». Comprenez également que « belle »ou « bonne »image reste complètement suggestif, dans une certaine mesure tout de même, car une image inintéressante ou au contraire une très belle image fera souvent l’unanimité dans les avis des connaisseurs et des non-connaisseurs en photographie.
    Il existe également des domaines en photographie et des styles qui sont plutôt destinés à un oeil averti plutôt qu’à un amateur de photo lambda sans connaissance. Parfois une image composée de façon très recherchée d’Alex Webb rencontrera moins de succès auprès du grand public qu’un classique coucher de soleil pas forcément difficile ni rare à photographier. Ceci est valable dans les autres domaines artistiques, un morceau de Jazz acoustique très recherché ne sera pas forcément à la portée du grand public, alors qu’un morceau de Rihanna, à la construction simple et à la « recette »réfléchie pour le grand public rencontrera un fort succès auprès du tout-venant. Cela veut-il dire que cette chanson est meilleure ? On touche ici un point fondamental de l’art, de l’esthétisme et de sa subjectivité.
    Mais maintenant nous allons revenir à des choses plus terre à terre. Comprendre d’où vient la lumière, comment votre appareil la capte et comment jouer avec les paramètres pour obtenir l’image que vous voulez.
    Après ce cours théorique, je vous invite à le compléter avec un cours photo à Paris en ma compagnie, je répondrai à vos questions sur la théorie mais également sur des sujets beaucoup plus difficile à transmettre et à apprendre, une réflexion sur la photo, et l’approche au sujet qui est primordiale en photo … beaucoup plus importante que la seule technique photo !

  2. L’essentiel en technique photo

 

Bon, nous voici pour l’essentiel. Pour prendre des photos vous n’avez qu’à mélanger savamment 3 paramètres : Le diaphragme,  la vitesse et la sensiblité.

J’ai mis exprès pour exemple un appareil argentique pour vous prouver la simplicité de la photo. Je ne veux pas dire que prendre une photo est chose simple, mais la façon de jouer dessus est simple car elle se résume uniquement à ces 3 paramètres. Sur un numérique chaque marque a une façon différente d’accéder à ces paramètres. Vous les trouverez facilement dans la notice.

Le diaphragme : Il s’agit d’ouvrir plus ou moins votre objectif pour faire varier la quantité de lumière. Cela influe sur deux choses, la quantité de lumière, bien súr, mais aussi la profondeur de champ. Nous reviendrons ensuite sur la profondeur de champ.
Les valeurs du plus ouvert au plus fermé : f1.4 ; f2 ; f2.8 ; f4 ; f5.6 ; f8 ; f11 etc…
Si votre objectif de base est le 18-55mm f3.5-5.6, ça signifie par exemple que vous pourrez ouvrir l’objectif à f3.5 (assez lumineux) en position 18mm (grande angle) et vous pourrez l’ouvrir à  f5.6 (peu lumineux) en position 55mm (téléobjectif).

La vitesse : C’est le temps durant laquelle votre surface sensible (Le capteur pour un appareil numérique et la pellicule pour un argentique), captera des photons, les particules de lumière. Il faut qu’elle en capte suffisamment pour retranscrire une image à la bonne exposition, c’est à dire qu’elle ne soit ni trop sombre ni trop claire. Durant ce temps de captage de lumière, si votre sujet bouge, la surface sensible enregistrera le mouvement, ce qui se traduira par un flou.
– Vitesse lente (flous de feux de voiture par exemple) : 1 sec – 30 sec
– Vitesse lente grand angle main levée : 0,3 sec – 1/15ème de seconde
– Vitesse assez lente main levée sur sujet peu mobiles : 1/30ème – 1/125ème
– Vitesse courante pour tout sujet : 1/125ème – 1/500ème
– Vitesse très rapide (Ex : sport) : 1/500 ème – 1/8000 ème de seconde

La sensibilité : Comme son nom l’indique, c’est la sensibilité de votre surface sensible (Toujours le capteur pour un appareil numérique et la pellicule pour un argentique). Plus elle est sensible, moins elle a besoin de lumière pour réagir mais en contrepartie l’image sera moins définie et plus brouillons dans le détails, de moins bonne qualité. Peu sensible, elle permet d’avoir une plus dense défintions dans les détails.
– Beau temps extérieur : 50 iso, 100 iso, 200 iso
– Temps gris / fin de journée extérieur / beau temps en intérieur : 400 iso, 800 iso
– Soirée / nuit / intérieur : 1600 iso, 3200 iso
– Nuit extérieur très peu de lumière : 6400 iso et plus

Vous comprenez l’enjeu de ces 3 paramètres : Le mélange optimal pour le résultat voulu : la bonne exposition. La quantité de lumière totale absorbé pour la photo, presque toujours la même, quand elle est calculée par l’appareil en tout cas… nous verrons plus tard pourquoi elle peut varier beaucoup plus.

Comment mélanger ces paramètres ?

Le plus important et primordial d’entre eux est : La vitesse.

Si votre sujet est un cycliste passant à 80 km/h à 2 mètres de vous et perpendiculairement à vous, il est probable qu’il ne sera net qu’à 1/4000ème de seconde – vitesse la plus rapide de la -plupart des relfex numériques, inatteignable par un argentique – alors que figer le mouvement de votre nièce qui vient de naître, (qui bouge vraiment moins vite que le cycliste non-dopé dont nous parlions avant), sera largement possible à partir de 1/125ème de seconde.

Essayez toujours d’avoir la vitesse la plus rapide possible, pour un sujet net.

L’erreur à ne pas commettre est d’avoir une vitesse trop lente et d’avoir un sujet flou (à moins que ça ne soit l’effet voulu). Dans ce cas la photo est ratée, et le constat est de se dire qu’une erreur à été commise avec 2 possiblités :
– Un diaphragme trop fermé
– Une sensibilité trop fabile

Analyse : Si vous diaphragme était trop fermé, alors vous auriez du l’ouvrir
Si vous ne pouviez pas l’ouvrir, alors vous auriez du augmenter la sensibilité
Si vous ne pouviez pas augmenter la sensibilté, alors vous voyez la limite de la photo, vous ne pouvez pas la prendre avec votre matériel, il vous faut créer de la lumière (Pas obligatoirement un flash, allumez des lumières d’appoint si vous le pouvez.)

Ces 3 paramètres sont plus facilement appréhendables en priorité ouverture.
Vous choisissez l’ouverture ainsi que la sensibilité, et votre appareil calcule la vitesse. Dans ce cas n’oubliez pas de toujours vérifier la vitesse proposée. Réglez le diaphragme ou la sensibilité pour l’augmenter si nécessaire. Pour un sujet en mouvement lent 1/125ème est suffisant pour 75% des photos. 1/60ème est une vitesse critique. Essayez toujours de photographier au-dessus de ces valeurs. N’hésitez pas à augmentez la sensibilité surtout que les appareils de maintenant font de bons clichés à 800 iso ou même 1600 iso. Gardez à l’esprit qu’il vaut mieux une photo de moindre qualité mais ou le mouvement est figé. Ne soyez pas trop en recherche de la netteté absolue des 200 iso alors que votre vitesse n’est pas bonne, N’hésitez pas à monter en sensibilité.

Et équipez vous d’objectifs fixes, qui seront plus généreux en ouverture, plus légers et plus discrets.. nous verrons l’importance de tout cela plus loin.

La seule chose que je suis forcé de vous dire avant de vous laisser aller plus loin ou de vous laisser voler de vos propres ailes, est que le diaphragme influe sur la profondeur de champ.
Je n’ai pas parlé de la mise au point. Vous savez la faire, au moins, à peu près. On verra comment la faire plus précisément et plus aisément dans le prochain chapitre.
Vous faites donc la mise au point sur votre sujet. (Votre grand mère devant son gateau, votre lover en skate, votre Suzuki GSXR-1000, ou alors juste une mouche sur un pissenlit).
Ce qui est devant ou derrière votre sujet sera plus ou moins flou, si votre diaphragme est plus ou moins fermé.

Pleine ouverture (f2), beaucoup de lumière rentre, devant et derrière le sujet sera très flou.
Petite ouverture (f8), peu de lumière rentre, devant et derrière le sujet sera assez net.

 

  1. Aller plus loin en photographie

Votre appareil peut comporter différentes options pour effectuer certaines opérations essentielles à maîtriser pour réaliser une bonne photo.

– La mise au point : La maîtriser permet d’avoir un sujet le plus net possible
Type de mise au point :
– Manuelle ou Automatique
Si Automatique :
Choix du collimateur (zone sur votre image ou sera faite la mise au point)
Type d’autofocus : Continu ou Spot

– La mesure de lumière : Utilisée par l’appareil pour déterminer les réglages (la vitesse en position priorité ouverture).
– Détermination de la zone de mesure de lumière (multizone, pondérée centrale, spot)
– Correcteur d’exposition (permet de sur-exposer ou sous-exposer par rapport à l’exposition mesurée par l’appareil)

No Comments

Post A Comment

error: Content is protected !!